Ça faisait un bon moment que je n’avais pas eu un boitier fabriqué en ex-URSS dans les mains ! Cette fois-ci, il s’agit du Kiev 60, un appareil moyen format des plus robustes. En voici mon test !

Avant de lire cet article, je vous invite à regarder la vidéo. Les explications seront peut être plus claires et concrètes à l’oral qu’à l’écrit. Mais c’est à vous de voir ! 😉

Présentation fonctionnelle du Kiev 60

Lorsqu’on cherche à faire un état des lieux des fonctionnalités du Kiev 60, le mot d’ordre qui en ressort est le suivant : simplicité !

Fabriqué en Ukraine
Fabriqué en Ukraine

Le boitier est complètement manuel. Les principaux boutons et les principales roues de réglage servent uniquement à une prise de vue « simple ». Vous ne trouverez donc aucune fonctionnalités trop avancées ni d’automatismes de prise vue.

La roue de réglage de la vitesse
La roue de réglage de la vitesse

Une roue de réglage des vitesses d’obturation est présente à gauche de l’appareil. Les vitesses vont de 1/2s à 1/1000s en plus du mode Bulb.

Le levier d'armement
Le levier d’armement

Sur la partie droite, on trouve un levier d’armement et un déclencheur sur lequel il est possible de visser un déclencheur souple. Le déclencheur ne tombe cependant pas très bien sous le doigt, j’en reparle un peu plus bas dans l’article.

Le déclencheur
Le déclencheur

Arsat C 80mm f/2.8 : un objectif de qualité

L’objectif que j’ai pu tester est le Arsat C 80mm f/2.8. Je dois dire que j’étais assez bluffé par la qualité de cette optique. Le piqué est bon et le bokeh est intéressant.

Arsat C 80mm f/2.8
Arsat C 80mm f/2.8

Une particularité qui m’a étonné sur la monture est que ce n’est pas l’objectif qui pivote par rapport au boitier. Pour monter l’objectif sur le boitier, il faut serrer une roue fixée directement sur le boitier. C’est plutôt surprenant quand on n’a l’habitude des montures baïonnettes ou à vis.

Viseur réflex ou viseur poitrine

Le modèle que j’ai pu tester était équipé d’un viseur TTL. Moyennant 3 piles LR44, vous pouvez avoir une indication sur l’exposition grâce à des indicateurs lumineux qui vous indiquent si la photo est sur-exposée ou sous-exposée. Vous pouvez ajuster votre exposition avec la roue disponible sur le dessus puis reporter vos réglages d’ouverture et de vitesse.

Roue de réglage de l'exposition - viseur réflex TTL
Roue de réglage de l’exposition – viseur réflex TTL

Pour être honnête avec vous, je n’ai pas pris la peine de tester cette fonctionnalité étant donné que je shoote systématiquement avec une cellule à main. Je n’ai d’ailleurs pas pu tester le viseur poitrine, autre accessoire qu’il est possible d’associer à ce Kiev 60.

Le dépoli
Le dépoli

Néanmoins, si vous ne voulez pas investir dans cet accessoire, il vous est possible d’enlever le viseur réflex et de simplement regarder à travers le dépoli. Ce n’est pas d’un confort optimal, mais ça fait office !

Le rechargement

Le rechargement de l’appareil n’est pas aussi simple que sur la photo ci-dessous.

Extrait du rechargement du Kiev 60
Extrait du rechargement du Kiev 60

Je vous invite vivement à regarder la vidéo qui vous donnera certainement des éléments d’explication plus concrets que par écrit.

Le manuel utilisateur

Comme pour tous les tests que je fais sur les appareils argentiques, vous trouverez le manuel d’utilisateur en suivant ce lien. Il est écrit en Anglais mais vous devriez vous en sortir. Les fonctions ne sont pas très complexes à prendre en main.

Mon avis sur ce Kiev 60

Après avoir manipulé ce boitiers sur quelques pellicules, je peux vous en faire un retour. Je parsèmerai cette partie de photos que j’ai pu réaliser avec ce boitier pour que vous puissiez vous faire une idée.

Une ergonomie … rudimentaire !

Tout d’abord, commençons par un point négatif : l’ergonomie. Vous prendriez une photo avec un parpaing, ça vous ferait le même effet !

Un design brut et peu ergonomique
Un design brut et peu ergonomique

Le boitier est lourd (1,9 kg) et a l’ergonomie d’une brique. De plus, le bouton du déclencheur ne tombe pas naturellement sous le doigt (le mien en tous cas !). Bref, si vous aimez les boitiers taillés pour le confort d’utilisation, ça n’est clairement pas un bon choix. Le viseur n’est pas optimal non plus pour qui aurait des lunettes. A titre personnel, je ne vois pas bien les bords du cadre et ça me perturbe. Maintenant, si vous avez une bonne vue, ça ne devrait pas poser de problèmes !

Portra 400 - Kiev 60
Portra 400 – Kiev 60

Un bruit incomparable

Cependant, qui dit boitier lourd, encombrant et fabriqué en ex-URSS signifie souvent « bruit du déclencheur qui fait son petit effet ». Si vous voulez en écouter un extrait, rendez-vous à 6:49 sur la vidéo ci-dessus … 😉

Portra 400 - Kiev 60
Portra 400 – Kiev 60

Un objectif de qualité

L’objectif quant à lui est très qualitatif et offre un joli rendu à vos images. Par ailleurs, ne cherchez pas à orienter votre boitier en mode portrait. Eh bien oui puisque vous êtes en format carré !

Portra 400 - Kiev 60
Portra 400 – Kiev 60

Quelques petites astuces

Je vous dis ça parce que j’ai gardé cette habitude de prise de vue et je me suis fait plusieurs fois la réflexion. C’est un détail mais je préfère vous prévenir.

Portra 400 - Kiev 60
Portra 400 – Kiev 60

Aussi, ne vous étonnez pas de ne pas voir votre cadre une fois la photo prise. Il faut réarmer la vue pour voir quelque chose. Ça aussi c’est perturbant quand on n’a jamais croisé un boitier de ce type.

TriX 400 - Kiev 60
TriX 400 – Kiev 60

Un prix intéressant

TriX 400 - Kiev 60
TriX 400 – Kiev 60

En terme de prix, j’ai rapidement regardé sur les sites d’occasion connus que sont Le Bon Coin et eBay et vous pouvez trouver ce boitier avec optique entre 100 et 250 euros. Bien sûr, le prix va fluctuer selon l’optique que vous prendrez mais ça reste assez raisonnable pour du moyen format.

TriX 400 - Kiev 60
TriX 400 – Kiev 60

Quelques précisions

Pour terminer cette partie, deux petites précisions :

  • Les images que je vous présente ont été développées par un laboratoire professionnel à Paris (Nation Photo), uniquement pour les images en couleur. Les images N&B ont été développées et scannées par mes soins avec mon Epson V600.
  • J’ai pu tester ce boitier grâce au prêt de Frédéric que je remercie chaleureusement. D’ailleurs, Fred ne m’a pas prêté qu’un seul boitier … Ne vous étonnez donc pas qu’il y ait de prochains tests dans les semaines à venir !

Le mot de la fin

A mon avis, ce boitier est un bon point de départ pour celui ou celle qui voudrait tester le moyen format carré. Cependant, sachez que d’autres alternatives existent comme le Yashica mat 124 par exemple.

N’hésitez pas à partager cet article si il vous a été utile et à me poser vos questions en commentaires. Je vous laisse aussi consulter mon compte Instagram pour avoir quelques exemples d’images réalisées avec ce boitier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut Curabitur mattis et, Aenean justo commodo velit, elementum at