Ca fait un bon moment que je vous dis que je vais vous présenter ma cellule Minolta Auto Meter IV F. Si cela vous intéresse, l’article qui suit devrait vous plaire.

A quoi sert la Minolta Auto Meter IV F ?

Commençons d’abord par expliquer à quoi sert cet objet.

La Minolta Auto Meter IV F est une cellule à main qui permet de mesurer la lumière incidente, c’est à dire la lumière qui arrive sur votre sujet. Elle réalise le contraire d’une mesure en lumière réfléchie qui consiste à mesurer la lumière renvoyée par le sujet. 

La lumière réfléchie à l’avantage d’être, la plupart du temps, intégrée directement dans le boitier photo. Elle permet aussi une plus grande réactivité. Son principal inconvénient est que, selon la manière dont le sujet absorbe ou renvoie la lumière, la mesure peut être trompée.

Ce n’est pas le cas avec une cellule à mesure incidente puisque la quantité de lumière mesurée ne dépend pas du sujet. Il faut cependant apprendre à bien mesurer sa lumière, mais ça, c’est un autre sujet !

NB : je précise que des accessoires pour mesurer la lumière réfléchie sont prévus pour cette cellule. Je ne les ai malheureusement pas pour vous en parler.

Procédure de mesure de la lumière

La première chose que vous devrez faire avant de mesurer la lumière est de régler vos ISO selon la sensibilité de votre film ou votre capteur. Pour cela, maintenez enfoncé le bouton « ISO » et faites défiler les valeurs grâce à des appuis successifs sur les flèches situées sur la côté de l’appareil.

La cellule possède globalement 2 manières de mesurer la lumière. 

  • La première, c’est la mesure de la lumière ambiante ou continue. La lumière est mesurée via le bulbe ou la demi sphère située en haut de l’appareil. Ce mode vous permet d’avoir une mesure générale de la lumière ambiante. Pour ce faire, appuyez successivement sur le bouton « Mode » jusqu’à voir apparaitre l’intitulé « Ambi ».
  • La seconde, c’est la mesure de la lumière de flash. Vous avez alors le choix de mesurer avec ou sans cordon. 
    • Dans le premier cas (mode « Cord »), il vous faut un cordon à relier à votre flash. Je ne l’ai pas encore testé (ne disposant pas d’un câble au moment de l’écriture de cet article). En toute logique, un appui sur le bouton de mesure déclenchera le flash et la mesure se fera automatiquement.
    • Dans le second cas, appuyez successivement sur « Mode » pour vous mettre sur « NON.C ». Appuyez une première fois sur le bouton de mesure situé sur le côté et le menu se mettra à clignoter. Vous disposerez alors d’un laps de temps pour déclencher le flash. L’appareil détectera automatiquement l’éclair et vous indiquera une mesure.

Lecture des résultats

Une fois que votre lumière est mesurée, vous vous retrouvez avec la vitesse sélectionnée à gauche et l’ouverture correspondante à droite. Il est également possible qu’aucune valeur d’ouverture ne s’affiche, au profit d’un « U » ou d’un « O » clignotant :

  • Dans le premier cas, le U signifie qu’il faut une ouverture plus grande que f/1 pour éviter la sous exposition. 
  • Dans le 2e cas, le O signifie qu’il faut une ouverture plus petite que f/90 pour éviter la surexposition.

Bien évidemment, vous pouvez modifier votre valeur d’ISO … Sauf si vous shootez à l’argentique et que vous avez une pellicule déjà engagée dans votre appareil !

Autres fonctionnalités

La cellule dispose d’autres fonctionnalités intéressantes.

Premièrement, la fonction de mémorisation permet, comme son nom l’indique, de mémoriser jusqu’à 2 valeurs sur l’échelle analogique (les valeurs en haut de l’afficheur) ainsi qu’une valeur supplémentaire au niveau de l’affichage digital (les valeurs indiquées de vitesse et d’ouverture).

Pour ce faire, faites une première mesure puis appuyez sur le bouton M. Réalisez une 2e mesure et votre première mesure s’affichera sur l’échelle analogique tandis que la seconde s’affichera « en digital ». Répétez la même opération et vous aurez 2 valeurs sur l’échelle analogique et 1 affichée en digital. Si vous réalisez une 3e fois cette opération, la première mesure mémorisée sera remplacée par la 3e.

Les valeurs sont mémorisées tant que vous restez dans le même mode ou que le posemètre reste allumé. 

La seconde fonctionnalité intéressante est la moyenne symbolisée par le bouton A (pour average en anglais). L’idée est de mémoriser 2 valeurs via la procédure indiquée plus tôt / plus haut. Appuyez ensuite sur le bouton A et la cellule réalise la moyenne entre les 2 valeurs mémorisées. En réalisant un appui long, sachez également que la cellule vous fournira une différence de luminosité entre la moyenne affichée et le résultat mesuré.

Enfin, sachez que vous pouvez mesurer une différence de luminosité en suivant la procédure suivante :

  • Faites une mesure et appuyez sur la touche A
  • Refaites une mesure en laissant le bouton de mesure maintenu. 
  • La différence en IL entre les 2 valeurs va alors s’afficher.

Ceci peut être particulièrement utile si vous voulez mesure précisément le contraste d’une scène par exemple.

Vous trouverez d’autres fonctionnalités ainsi que des précisions sur ce que je viens de vous expliquer en consultant le manuel d’utilisateur.

Mon ressenti personnel sur cette cellule

J’ai acquis ce posemètre en occasion une centaine d’euros. Il ne me permet pas spécialement de faire de meilleures photos mais il a pour principal avantage de me donner l’occasion de mieux comprendre ce que je mesure et des influences sur les résultats. Typiquement, lorsque je shoote avec du film Washi, je mesure systématiquement pour les hautes lumières. Ceci me permet d’éviter de cramer l’image. Au contraire, Si je shoote de la Portra, je vais d’abord chercher à bien exposer les ombres.

L’objet en lui même est aussi un instrument intéressant pour créer un décalage vis à vis des gens qu’on photographie. Il y a un côté étonnant lorsqu’un pointe ce genre d’objet sur les gens, en société ou dans la rue. Les gens sont intrigués et on peut créer du lien, ce qui est loin d’être inintéressant en photographie sociale.

Globalement, je trouve que c’est un bon investissement qui me permet aussi d’être indépendant d’une cellule intégrée si celle ci décide de faire des siennes.

Le mot de la fin

Bien évidemment, d’autres modèles existent sur la marché mais celui-ci a l’avantage d’être abordable, simple d’utilisation et plutôt robuste d’après les crash tests que je lui ai fait subir. N’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires (si vous en avez bien sûr !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus commodo adipiscing quis, ultricies ut fringilla accumsan elit.