Passer au contenu

Est-ce la fin de Tetenal ?

La nouvelle est tombée le 29 Janvier 2019 : Tetenal annonce la fermeture de l’entreprise le 1er avril 2019, après 172 ans de bons et loyaux services. Fondée en 1847 à Berlin par Theodore Teichgräber, l’entreprise est une des plus vieilles industrie de fabrication de chimie pour le monde photographique.

Les causes d’une situation financière difficile

Plusieurs éléments peuvent expliquer la situation financière actuelle de l’entreprise.

Un premier aspect qui explique le fait que Tetenal soit déclarée insolvable concerne la recherche et le développement dans le domaine, très couteuse pour la marque. Sortir un produit commercialisable de ces recherches nécessite donc des investissements conséquents et une rentabilité pas toujours au rendez-vous.

Le logo de Tetenal (source : www.lc-distribution.com)

Un second aspect plus « financier » concerne la position de l’entreprise dans le marché (OEM / B2B). Tetenal est positionnée comme le fournisseur de beaucoup d’entreprises du secteur et les délais de paiement peuvent être importants. Dans de telles situations, la banqueroute peut vite arriver !

D’un point de vue marketing, Tetenal n’est également pas reconnue comme une marque avec une image aussi forte que Kodak par exemple. Tout ceci cumulé avec certaines branches d’activités peu profitables et des dettes antérieures font que l’entreprise se retrouve maintenant en grande difficulté financière.

Les conséquences de la fermeture de Tetenal

Le fameux kit de développement couleur C-41 de Tetenal
Le fameux kit de développement couleur C-41 de Tetenal

Sachez tout d’abord que Tetenal ne produit pas que les kits C-41 ! L’entreprise est aussi le fournisseur de composés chimiques pour d’autres marques du monde de la photo et du cinéma comme Kodak, Ilford ou même Epson pour ne citer qu’eux.

Un autre exemple qui illustre bien l’impact concret qu’aurait la fermeture de Tetenal concerne le retour du célèbre Kodak Ektachrome fin 2018. Sachez que sans Tetenal, cela n’aurait pas été possible !

Annonce du retour du Kodak Ektachrome Film
Annonce du retour du Kodak Ektachrome Film

En effet, le procédé E-6 utilisé pour développer ce genre de support photographique n’était pas adapté au nouveau marché de la photo argentique, à savoir, des petits labos et des particuliers qui développent leurs films chez eux. Le procédé a alors été revu et amélioré par la firme allemande afin de s’adapter (passage de 6 à 3 bains entre autres) ce qui a permis à Kodak de relancer un de ces produits phare.

D’ailleurs, on pourrait même penser que le monde du numérique ne serait pas affecté. Au contraire ! Certaines images numériques imprimées sur papier le sont en fait sur du papier « argentique », moins coûteux, plus rapide à produire avec une qualité d’image supérieure. Sauf que pour que ces moyens d’impression soient assurés, il faut de la chimie ! Et devinez quoi, cette dernière est majoritairement produite … par Tetenal !

Logo de Bellini Photo
Logo de Bellini Photo

Il est bon de souligner que d’autres marques pourraient prendre le relais (Bellini ou Unicolor) mais ces dernières ne répondent pas aux mêmes standards de qualité offerts par Tetenal, notamment du point de vue de la conservation des produits. Par ailleurs, les consommateurs Européens n’auraient probablement pas accès aux produits des autres fabricants à cause de certifications coûteuses nécessaires à la commercialisation de chimie couleur en Europe. L’offre serait alors réduite et le prix augmenterait alors en conséquence.  

New Tetenal : une solution envisageable ?

Malgré tout cela, il se pourrait bien que la marque reprenne son envole. Oui mais, comment ?

Tout d’abord par le fait que Tetenal peut s’adapter à de faibles niveaux de production. Bien que d’autres fabricants possèdent (potentiellement) des usines de production chimique, ces installations sont prévues pour des quantités beaucoup plus importantes. A titre d’exemple, Tetenal dispose de machines plus « petites et flexibles » et est capable de produire au minimum 4000 kits de développement E-6 (version 2,5L) ce qui représente une très faible quantité que les autres ne pourraient pas atteindre. 

De manière générale, on peut aussi considérer que pendant 172 années d’expérience, Tetenal a accumulé un bon nombre de solutions dont certaines pourraient s’adapter au marché actuel.  

La marque bénéficie également d’un niveau de commandes élevé actuellement à cause de l’annonce prématurée de sa fin. Par ailleurs, le marché reste assez stable et s’accroît lentement ce qui reste encourageant.

Extrait du site de New Tetenal (avec les infos en Français)
Extrait du site de New Tetenal (avec les infos en Français)

Mieux encore, environ 60 employés concentrent actuellement leurs efforts pour racheter la branche « chimique » de l’entreprise (la branche rentable de l’entreprise paradoxalement). Leurs chances de succès sont augmentées par deux points :

  • les employés de la branche très couteuse « Inkjet » ont déjà tous annoncés être au chômage ce qui réduit le coût de l’opération de rachat,
  • le manque d’intérêt d’investisseurs potentiels pour la réutilisation de la surface de production, et la dépollution des sols qui en résulterait.  

Le projet se nomme « New Tetenal ». Un site est en cours de construction mais dispose d’ores et déjà d’informations que je vous invite à aller consulter. A noter que le rachat n’est pas une chose nouvelle car c’est ce qui est arrivé à Ilford en 2004. Espérons que Tetenal connaisse le même succès.

Le mot de la fin

A titre personnel (et je ne suis pas le seul !), j’espère sincèrement que l’entreprise va se relever. Je ne me vois pas arrêter l’argentique tout de suite ! 😉 N’hésitez pas à réagir à cet article si le coeur vous en dit.

Soyez le Premier à Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nullam luctus efficitur. eleifend nunc dapibus consequat.