Fin Juillet, je participais à mon premier mariage à Belfort pour des clients en tant que photographe. Ce fût une première fois tellement riche d’enseignements que je me devais de vous les partager ! Accrochez vos ceintures, cet article va être riche ! 😉

Un peu de contexte : le 1er contact

Commençons par la base : comment ai-je obtenu ce mariage ? Eh bien par le bouche à oreille tout simplement ! Il se trouve qu’un de mes professeurs à l’école se mariait. Il a alors posté un message sur le groupe Facebook de l’école. Le directeur de la communication qui avait déjà travaillé avec moi m’a alors mentionné en me recommandant à lui. Quelques semaines plus tard, je recevais un message du marié, me demandant si on pouvait s’appeler ! 😉

Dans son message de contact, il me précisait déjà un peu ce qu’il souhaitait et me demandait mes tarifs. C’était déjà un bon point ! Nous nous sommes ensuite entretenus 30 minutes au téléphone et nous avons beaucoup discuté de ce que les mariés désiraient, de leurs attentes et ce qu’ils ne voulaient pas. Pour vous la faire courte, une couverture de fin de journée (3h) comprenant mairie et vin d’honneur avec des photos les plus naturelles possibles, prises sur le vif.

Comme nous nous entendions bien et que j’avais déjà réfléchi à ce que j’allais lui proposer, j’ai commencé à lui parler de ma volonté de shooter le mariage à l’argentique et que, venant de Nantes, il faudrait couvrir les frais de déplacement.

Après quelques explications, il finit par accepter sur le principe en attendant que je lui fasse une proposition chiffrée. J’ai donc pris ma plus belle plume et lui ai rédigé un mail avec l’explication de la prestation. En voici un extrait ci-dessous :

Extrait du devis envoyé aux mariés
Extrait du devis envoyé aux mariés

Ma proposition a été acceptée et j’ai finalement assuré les photos de leur mariage ! 😉

La préparation du matériel

Pour ce mariage réalisé en majorité en argentique avec un doublage numérique, j’ai apporté avec moi le matériel suivant :

  • 1 Mamiya 645 AF avec son dos + mon 80mm f/2.8 AF
  • 1 autre Mamiya 645 AF avec son dos + 45mm f/2.8
  • Mon fidèle Nikon D3100 + le 18-55mm f/3.5-5.6 AF (celui du kit de base)
  • 1 stylo de nettoyage
  • 3 cartes SD (on n’est jamais trop prudent !)
  • 11 pellicules Kodak Portra 400 (120)
  • 2 pellicules HP5+ (120)
  • 1 cellule à main Minolta Auto Meter IV
  • Mon Capture Pro de Peak Design pour avoir le numérique toujours à portée de main
Mon matos argentique avant le début du mariage
Mon matos argentique avant le début du mariage

Je commenterai ce choix de matériel plus loin dans cet article, ne vous en faites pas ! 😉

Le jour du mariage

Le mariage se décomposait donc comme ceci : cérémonie à la mairie de Belfort à 16h30 puis vin d’honneur dans un bar nommé le Pochon Magique. Bien que les mariés et leurs invités soient allés dîner dans un restaurant par la suite, ma prestation s’arrêtait à la fin du cocktail.

Avant le mariage

Quelques heures avant le mariage, je me suis rendu chez le marié pour prendre un peu la température et nouer le premier contact physique. Je voulais lui montrer le matériel que j’allais utiliser (qui n’est pas forcément commun quand on n’a pas l’habitude de l’argentique) et faire un peu connaissance. En plus d’essayer de rassurer le marié, j’ai surtout tenté de faire connaissance avec quelques personnes pour m’intégrer immédiatement au groupe.

Il n’y avait finalement pas beaucoup de monde à rencontrer mais il me paraissait essentiel de discuter « physiquement » avec le(s) marié(s) pour échanger, prendre la température et régler les petits détails avant le mariage.

La cérémonie à la mairie

Je me suis rendu un peu avant 16h30 devant la mairie. J’ai commencé à shooter dès que quelques invités ont commencé à arriver. Vu que le mariage précédent avait pris du retard, nous sommes restés longtemps à attendre devant la mairie. Les conditions climatiques étaient plutôt bonnes mais la lumière avait tendance à être assez dure (Soleil direct). Heureusement, quelques nuages venaient tamiser la scène de temps en temps ! A ce moment là, j’ai alterné entre le numérique et l’argentique. J’ai d’ailleurs « économisé » mes prises de vue argentique car je ne voulais pas utiliser trop de film dès le départ.

 

Une fois rentrés dans la mairie, j’ai immédiatement lâché l’argentique : pas assez de lumière ! Mon Nikon D3100 était à 3200 ISO pendant toute la cérémonie avec des vitesses très limites. Je n’avais donc pas le choix !

J’ai tout de même pris le temps de faire un portrait en argentique des mariés près d’une fenêtre.

La sortie de la mairie était particulièrement difficile à gérer. Ca va très vite et les gens bougent beaucoup. A ce moment là, j’ai un peu shooté à l’instinct en alternant maladroitement entre le numérique et l’argentique.

Le trajet entre la mairie et le vin d’honneur

C’était un peu la partie « bonus » du mariage. En effet, une fois que les invités ce sont mis en marche vers le Pochon Magique, je me suis mis en mode « reportage ». Armé de mon Mamiya 645 AF et d’un 45mm f/2.8 manuel, j’ai suivi la foule en essayant d’obtenir des images de ce bref moment dans les rues de Belfort. Force est de constater que je suis loin d’avoir réussi mon coup !

Le 45mm f/2.8 et sa mise au point manuelle est très compliqué à maîtriser et la plupart de mes sujets sont flous sur ces photos. Il faut encore que je m’habitue à cette optique !

Le vin d’honneur

C’est LA partie du mariage où je me suis le plus amusé ! Le Soleil était couchant et nous étions tous rassemblés dans le jardin du Pochon Magique. L’ambiance était détendue et les invités discutaient / mangeaient / buvaient. J’étais très à l’aise et j’ai pris un maximum de photos.

J’en ai également profité pour faire quelques portraits dont certains ont été publiés dans mon défi Portrait 52. J’ai passé mon temps à chercher des angles de prise de vue, des expressions, des regards, etc. Je me suis complètement laissé aller à l’argentique si bien que j’ai dû faire 2 photos numériques au vin d’honneur !

Vers 19h30, j’ai proposé au mariés de s’éclipser 20 min chrono pour faire une séance couple improvisée dans le parc voisin. C’était littéralement un crash test pour moi qui n’en avais fait qu’une seule en numérique pour des amis. Finalement, j’ai quelques images qui me plaisent beaucoup et qui ont beaucoup plu aux mariés.

Et voilà fin de journée ! Passons maintenant aux enseignements de cette première expérience.

Les enseignements de mon premier mariage

Je le disais en début d’article, les enseignements de ce premier mariage furent nombreux. Je les ai découpé en 2 catégories : les enseignements humains et photographiques.

Les enseignements humains

  • Parlons tout d’abord de la relation avec les mariés. Ces derniers ont apprécié mon professionnalisme lors de nos échanges ainsi que ma sérénité et ma bonne humeur lors du mariage. L’idée n’est pas ici de m’envoyer des fleurs mais de souligner l’importance de votre relation avec les mariés. Le photographe a un rôle important dans un mariage et il est primordial de soigner la partie relationnelle. J’ai essayé d’être le plus précis possible dans mes explications et de me montrer rassurant quand il le fallait. Au final, je crois bien que ça a fonctionné ! 😉
  • N’hésitez pas à nouer des relations avec les invités. Le mariage est aussi l’occasion pour vous de vous montrer à de potentiels clients. Gardez quelques cartes de visite non loin de vous, ce sont de petites graines qui germeront peut être ! 😉

  • Essayez de repérer les personnes « importantes » pour les mariés (famille proche, amis d’enfance, etc). Etant donné que je n’avais pas eu de liste de personnes préparée par les mariés avant le mariage, j’ai dû apprendre sur le moment quel était le lien des invités avec les mariés. Une fois les personnes identifiées, j’ai cherché à les shooter en priorité. Malgré cela, les mariés étaient un peu frustrés que certains invités ne soient sur aucune photo. Je leur ai expliqué qu’ils étaient une centaine et qu’il était difficile pour moi d’avoir tout le monde sans exception. Néanmoins, c’est une demande que j’aurais dû leur faire exprimer avant le mariage. Cela me servira de leçon ! 😉
  • Proposez une (petite) séance couple. A mon avis, ce sont des photos que les mariés apprécieront d’avoir. Un autre avantage, c’est que vous pouvez les avoir rien que pour vous. Montrez leur aussi qu’ils peuvent profiter de ce moment pour être tous les 2.

  • Imposez vous en tant que photographe officiel. Vos clients sont les mariés et vous devez tout faire pour rendre le meilleur travail possible. Vous êtes également la personne qui a un regard artistique sur le rendu. N’hésitez donc pas à diriger les invités (gentiment bien sûr) et à placer les gens dans les meilleurs conditions de prise de vue (pour les photos de groupe notamment).

Les enseignements photographiques

  • Au niveau de l’équipement, je pense que les prochains mariages seront plus « légers ». Se trimbaler 2 moyen formats c’est trop ! Je pense que je remplacerai le 2e moyen format par un argentique 35mm plus léger, notamment pour les prises de vue « reportage ». Il pourra également me servir pour les prises de vue au grand angle (que je manie mal encore en moyen format). Cela me permettra d’être un peu plus discret et d’alléger la charge !
  • Pour les instants trop brefs et importants (mairie, prises de vue intérieures, sortie d’Eglise / de mairie), privilégier le numérique. Ce sont des moments forts pour les mariés et il est normal de tout faire pour avoir ces images, même si elle sont vues et revues. N’hésitez pas à repasser en numérique pour plus de confort et de sécurité.

  • Préparer une shooting-list ! Je suis arrivé sur le lieu du mariage avec assez peu de préparation et d’expérience de ce genre d’événement. Faire une shooting-list est peut être idiot mais cela limitera les oublis (bouquet, robe de la mariée, détail récurrent, photos importantes pour les mariés, etc).
  • Plus vous avez de dos, mieux c’est ! Le temps de chargement / déchargement des films 120 est assez long et fastidieux. Vous perdez du temps à chaque changement. Il est donc plus confortable d’avoir au moins 2 ou 3 dos d’avance pour ne pas recharger toutes les 10 minutes ! L’idéal étant bien sûr d’avoir un assistant mais là, c’et plus le même budget ! 😉
Le matos et les pellicules après le mariage
Le matos et les pellicules après le mariage
  • Shootez le plus de situations entre les invités. Après la remarque des mariés sur le fait que tous les invités n’aient pas été pris en photo et qu’ils auraient aimé avoir plus de photos (j’ai livré 100 photos argentique + 58 photos numériques), j’ai regardé la série en essayant de me mettre à la place de mes clients. Et je dois reconnaitre que quelques images de plus avec des interactions entre les invités aurait été les bienvenue. Je tâcherai de garder ça en tête pour mes prochaines prestations ! 😉
  • Ayez une bonne connaissance de votre matériel, à la limite de l’instinct. Cela vous fera gagner beaucoup de temps et renforcera votre confiance en vous dans les situations difficiles. Si vous utilisez une cellule, vérifiez bien que les réglages soient les mêmes sur le boitier ! …

Le mot de la fin

Un 2e article fera suite à celui-ci. En effet, j’ai testé pour la première fois à l’occasion de mon premier mariage le laboratoire argentique Carmencita Film Lab. Vous trouverez donc (bientôt) sur ce site un article retour d’expérience qui devrait en intéresser plus d’un ! 😉

9 commentaires sur “Et si je vous racontais mon premier mariage en tant que photographe ?”

  1. Bonjour,

    Très bon reportage.

    Toutefois, petite question : à en croire votre devis, vous ne vous êtes pas fait payer ? 130 euros pour 130 prises en 120, c’est à peine le prix de la pellicule. Vous n’avez pas facturé le temps de travail ni le temps de développement, ni le temps de post-production ?

    Cordialement,

    1. Merci Cleofide !

      En effet, j’ai simplement facturé les billets de train + coût pellicules + produits de développement (que je n’ai pas acheté puisque je suis passé par un labo (que je n’ai pas surfacturé aux mariés).

      Du coup je suis à 120e de train, 70e de pellicules, 200e de labo soit en arrondissant : un coût total de 400 euros.

      Les mariés m’ont finalement payé 300 euros. Donc je suis déficitaire de 100 euros.

      Je savais parfaitement pourquoi je le faisais donc ça ne me posait aucun problème 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec massa Praesent facilisis consectetur amet, accumsan elit. adipiscing dolor. Aenean leo