Voilà un petit moment que je veux vous présenter mon appareil photo argentique actuel : le Nikon F801s. Je l’ai testé sur plusieurs pellicules et il était grand temps que je fasse une vidéo (la première du genre sur le site) sur ce fantastique objet.

Pellicule 24x36mm (Tmax 100)pouvant être utilisée dans le Nikon F801s
Pellicule 24x36mm (Tmax 100)pouvant être utilisée dans le Nikon F801s

Depuis quand as-tu cet appareil ?

Commençons par le commencement ! J’ai acheté cet appareil lorsque j’ai décidé de m’équiper en argentique Noir et Blanc (N&B) c’est-à-dire lors de l’été 2016. En réalité, je possédais déjà un Zenit 11, acheté un peu par hasard sur Le Bon Coin lorsque je cherchais à obtenir un objectif connu pour son bokeh tournant particulier, le 58mm Helios 44M-4. Cependant, cet appareil tout manuel me limitait un peu dans ma pratique de l’argentique (j’y reviendrais sûrement dans un prochain article) et je reconnais que j’avais envie de me faire plaisir.

Comme je suis équipé en Nikon en numérique, je me suis redirigé vers cette marque pour l’argentique et j’ai fini par trouver l’offre qui me convenait chez un particulier sur Le Bon Coin, le seul l’unique ! 😉

Vidéo de présentation

Comme je vous l’annonçais en introduction, j’ai réalisé une petite vidéo pour vous présenter cet appareil photo de manière plus vivante qu’à l’écrit. Cela ne vous empêche pas de continuer à lire l’article jusqu’au bout car je peux y rajouter des éléments que je n’ai pas précisé dans la vidéo.

Je vous invite aussi et surtout à me laisser vos avis dans les commentaires pour savoir si cela vous plaît et si vous pensez que je peux améliorer des choses ! 🙂

Des informations complémentaires

Dans ce paragraphe, je vous mets une liste de tout ce que j’ai pu vous mentionner dans la vidéo de manière chronologique :

Les inconvénients

Dans la vidéo, j’encense cet appareil. Néanmoins, j’aurais dû vous parler un peu plus en détails de quelques défauts que  j’ai pu constater. Le premier, c’est le déclencheur que j’ai évoqué dans la vidéo. Ce dernier est extrêmement sensible et ne possède pas de réelle demi pression comme sur mon Nikon D3100. On peut facilement déclencher tout simplement parce qu’on a été trop loin dans l’appui progressif sur le bouton. C’est un coup de main à prendre !

L'appareil argentique Nikon F801s, produit dans les années 90
L’appareil argentique Nikon F801s, produit dans les années 90

Le second inconvénient de cet appareil est son autofocus : il est parfois très performant mais sur certaines scènes, il patine un peu ou galère carrément à faire la mise au point, même si il y a du contraste … Quand on sait qu’une pellicule standard ne fait que 36 poses, c’est un peu rageant d’avoir raté sa mise au point et, si on s’en est rendu compte, de devoir refaire la photo. En plus, le système ne fonctionne pas vraiment comme en numérique avec des collimateurs plus simples à utiliser. Ici, vous n’avez qu’un seul carré au milieu pour viser. Bref, la prise en main de l’autofocus n’est pas évidente.

Conclusion

Ma conclusion est identique à celle de la vidéo. J’adore toujours autant cet appareil après 6 mois d’utilisation. Lâchez vous dans les commentaires pour me faire vos retours. Je pense d’ores et déjà que je referai des articles sur l’argentique. C’est une pratique ludique qui permet selon moi de (re)découvrir les bases de la lumière et de la photographie.

2 commentaires sur “Présentation du Nikon F801s”

  1. Bonjour,
    J’ai le même appareil, acheté une bouchée de pain sur Ebay…
    Pas équipé du tout en Nikon numérique mais en Pentax, tout comme en Lumix (DMC FZ200 que j’ai revendu) parce que Pentax ne pratique pas l’obsolescence programmée et que tous mes objectifs argentiques FF aussi bien que les DA numériques sont interchangeables entre mon K5 et mes MZ 50 (j’en ai trois 😀 qui fonctionnent tous très bien merci …
    J’ai aussi du Contax en Argentique et j’adore…
    En fait, comme toi, ce fut l’occasion, car un vendeur Belge ayant sans doute lui même récupéré ce malheureux F801s qui est devenu mien, en façon « rebut » vu qu’il était sale comme une étrille à chien, n’avait rien trouvé de mieux que d’y monter un zoom Tamron 18 – 250 (range record à sa sortie) fait pour un numérique APSC et a donc revendu cet appareil en « non fonctionnant correctement côté autofocus » ce qui bien entendu était normal avec ce genre d’objectif qui affichait un vignettage incroyable sur la quasi totalité du range, donc parfaitement inutilisable avec l’autofocus du F801s qui s’il fait des miracles avec un Nikkor AF ne peut quasiment rien avec un objectif pareil qui n’existait même pas à sa conception.
    J’ai racheté ensuite pour une seconde bouchée de pain un F401 avec un objectif un sac TP et sa notice, que personne ne voulait apparemment, et après réception de tout ça, j’ai passé après nettoyage complet de tout le matériel, le Nikon Nikkor AF 35 – 80 sur le F801s mis des batteries neuves, et hop comme par hasard tout baigne nickel et je trouve même l’autofocus extraordinairement véloce dans les basses lumières, et même plus performant que celui de mon numérique K5 qui pédale parfois lamentablement dans la semoule…
    Le F401, lui aussi, comme un brave tracteur qu’il est, fonctionne correctement.
    Du coup, ben maintenant il me faut acheter un D80 pour y monter le Tamron 18 – 250 😀
    Mais encore, si je n’avais jamais acheté de Nikon après en avoir essayé un à l’époque de mon Contax 139 Quartz, conquis par l’optique mais rebuté par l’ergonomie des boîtiers, ce qui a empiré lorsque j’ai vu le F90X du pote qui m’avait prêté son FE et ne s’est pas du tout arrangé avec les boîtiers numériques…
    Bon, le premier film tiré par moi même n’est pas encore développé (par moi même également) et le second est déjà à l’intérieur de mon F801s et à ce sujet, je voulais te dire que tu as « tué » le rideau vertical de ton appareil, avec l’amorce de ton film « démo » qui est allé y frapper dessus à plusieurs reprises.
    Lors de la manoeuvre de charge / décharge de l’appareil, il faut ABSOLUMENT ÉVITER oui, je le hurle! de toucher le rideau vertical de l’obturateur AVEC QUOI QUE CE SOIT et encore moins une amorce de film qui est raide et avec des angles tranchants et qui plus est élastique pour se détendre et y frapper à loisir si on la lâche sans y prendre garde un minimum.
    Tu m’as fait pleurer de tristesse pour ton bel appareil lorsque j’ai vu ça dans ta vidéo.
    Si tu n’as pas eu de problèmes ensuite, je pense que tu ne vas pas tarder à en avoir, vu la gueule de ton rideau après la démonstration… :’-(
    Perso, ayant des Tamron Adaptall II dont un superbe « couteau Suisse » SP 60 – 300 Macro 23A je n’ai eu qu’à acheter les bagues Nikon pour pouvoir y adapter mes objectifs, j’ai déjà des doubleurs pour mes Contax (j’en ai deux) et mes Pentax, dont un SP et un autre avec les contacts électriques (Pentax) il ne me reste plus qu’à trouver l’équivalent en Nikon…
    Mais avant ça, je vais acquérir bientôt un scanner à négatifs et inversibles afin d’avoir une vraie utilisation jusqu’auboutiste de mon retour à l’argentique…
    Merci pour ta page de présentation sur laquelle je suis arrivé en cherchant un exemplaire papier de la notice du F801s!
    Point que je n’en eusses un besoin urgent, puisque j’ai déjà la notice PDF, mais si possible, quand j’acquiers un appareil, il me plaît beaucoup de le remettre en état « complet » le plus correct possible…
    La notice du F801s « originale » me manque donc, de même que sa sangle « tour de cou » l’ayant acheté avec une courroie OP/TECH USA rafistolée avec un morceau de ruban rouge 😀 car mon « vendeur » n’avait pas su la mettre correctement dans les passants du boîtier et les supports plastiques nylon dur, assez longs, venaient se loger sur les touches du boîtier, gênant de fait leur utilisation…
    Une amie ayant vu mon boîtier Nikon F801s nettoyé et en ordre de marche avec un Tamron 28 – 105 AF ne voulait pas croire que je l’avais eu (ah! Pas dans cet état là! Oh non!) à 25€ tout net, sur la baie!!!
    Bon avec 16,40€ de livraison quand même, mais avec un Tamron « numérique » malencontreusement greffé dessus, en cadeau!
    Super appareil, que j’ai reçu avec un film couleur à moitié exposé, que j’ai terminé moi même dès que j’ai eu le 35 – 80 Nikkor pour ensuite m’en servir pour me remettre en selle aux développements argentiques N&B !
    Il est de fait bien plus sage, quand on dispose d’une pareille opportunité, de s’en servir, car bousiller un film dont on attend rien, c’est vraiment pas grave du tout, et d’ailleurs, le film à l’intérieur était périmé sans doute depuis fort longtemps vu sa marque « Champion » dont il reste encore peut être quelques magasins ayant de vieux stocks « tombés du camion »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut lectus porta. consequat. elit. quis at neque. leo. quis,