Hier sortait le dernier film d’Alejandro González Iñárritu avec Léonaro DiCaprio comme acteur principal (n’oublions pas Tom Hardy, méconnaissable dans son rôle de trappeur). Je suis allé le voir et je vous livre mes impressions dans cet article.

Hugh Glass en lutte pour sa survie
Hugh Glass en lutte pour sa survie

Synopsis

Hugh Glass (DiCaprio) est un trappeur gagnant sa vie en chassant et en rapportant des peaux de bêtes. Son groupe et lui subissent une attaque d’indiens, les Arikaras, dominant les terres sauvages. Alors que le groupe cherche à se frayer un chemin dans les bois, Hugh Glass est confronté à l’attaque violente d’un ours. Après son combat, le trappeur est lourdement blessé et finit par être abandonné par les siens. Le héros du film va donc parcourir de longues distances à pied, luttant à la fois contre la souffrance infligée par ses blessures, les conditions extrêmes de froid et de faim et le danger que représentent les Indiens qui le traquent sans relâche.

Un petit trait d’humour

Si je voulais chercher à comparer ce film à un autre, je crois que Rambo 2 serait approprié. Eh bien oui c’est vrai, un homme laissé pour mort quasiment aux mains de l’ennemi en territoire hostile, ça ne vous rappelle rien ? Bon ok, l’un est mieux équipé que l’autre en munitions et en mitraillettes mais l’idée est là tout de même ! D’autant que la voix des 2 personnages (Rambo et Hugh Glass) est presque similaire : Rambo parce qu’il est joué par Stallone (Badassitude oblige !) et Hugh Glass à cause d’une grave blessure au cou. Enfin, pour terminer la comparaison, les deux personnages sont tout simplement increvables malgré les atrocités qu’ils subissent.

Le chasseur tient en joue sa proie
Le chasseur tient en joue sa proie

Un avis peut être ?

Oui, le voilà ! Pour commencer sur une note négative (et objective), il faut dire que le film est long : 2h36 ! Etant donné qu’on comprend assez vite le but ultime du film, je trouve que certains passages pourraient être raccourcis voire coupés, notamment les scènes où Hugh Glass trouve le courage de continuer dans les apparitions mystiques et farfelues de sa femme et de son fils.

Le reste de cet article est complètement positif car j’ai clairement aimé ce film. Les images en plan fixe des paysages sauvages entre les scènes d’action principales sont époustouflantes. La manière de filmer l’action, principalement en plan séquence, donne une immersion particulère au spectateur. Par exemple, l’attaque de l’ours que j’évoquais lors du synopsis est filmée en une fois et donnait l’impression d’être au coeur du combat. Le jeu de DiCaprio est bien sûr remarquable et la souffrance qu’il endure tout au long du film est bien retranscrite. On conserve cette sensation de malaise, de peur ou de dégoût à chaque fois qu’il est mis en danger. La violence, omniprésente dans le film, est montrée à un juste niveau. En effet, qu’elle soit d’origine humaine, naturelle ou psychologique, elle n’est pas montrée gratuitement et sert à la dramaturgie du film.

Un trappeur dans l'immensité des paysages sauvages américain
Un trappeur dans l’immensité des paysages sauvages américain

Conclusion

En conclusion, je dirai que ce film est très bon, bien qu’un poil trop long. L’ambiance du film est définie d’entrée et ne nous lâche plus jusqu’à la fin. Seule conséquence : si vous voulez voir un film paisible qui vous redonne foi en l’humanité, changez vos plans et allez voir autre chose ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6327b24cdea9247e1eaaf6d31f059dc0yyyyyyyyyyyyyyyyyyy