Faire de la photographie sans faire de Time Lapse, c’est comme visiter New York sans visiter la Statue de la Liberté. Après vous avoir balancé cette belle phrase sectaire, je vais vous présenter mon tout premier Time Lapse.

Commençons par le matériel indispensable pour réaliser ce type de montage car, je ne sais pas si vous le savez, mais faire un Time Lapse, c’est surtout faire de la vidéo ! J’ai donc pris mon Nikon D3100, un trépied, Lightroom 5.2, un logiciel de montage (iMovie) et, l’élément essentiel, une télécommande à intervalomètre. Cette dernière va me servir à déclencher mon appareil photo à intervalle de temps régulier sans que j’ai à intervenir. C’est très important puisque pour obtenir un Time Lapse « propre », il faut que l’appareil reste immobile (ou se déplace mais de manière très régulière et lente, ce que je ne maîtrise pas encore !). Une dernière chose : la télécommande que j’ai utilisé possède même une fonction qui modifie la durée de l’ouverture du rideau (l’obturateur) selon l’exposition. Très franchement, ça fait 2 jours que j’ai cet objet et je n’ai pas encore pu tester cette fonctionnalité … Peut être pour un prochain article ! 😉

La télécommande à intervallomètre et l'appareil photo, un Nikon D3100
La télécommande à intervallomètre et l’appareil photo, un Nikon D3100

Du côté de la pratique maintenant, j’ai pris tout mon petit matériel et j’ai disposé mon appareil sur le trépied derrière une fenêtre. Le temps était nuageux avec un peu de vent, c’est parfait pour un Time Lapse ! J’ai ensuite branché la télécommande en la configurant afin qu’elle prenne une photo toutes les 2 secondes. J’ai laissé le tout mijoter pendant 20 minutes environ. A ce stade, faisons un petit calcul : j’ai récupéré 378 clichés shootés en RAW sachant que chaque fichier pèse 10 Mo. Je me suis retrouvé avec près de 4 Go de photos (en 20 minutes je le rappelle). Oui. Le Time Lapse coûte cher en espace de stockage. Et c’est pas fini ! J’ai ensuite importé l’intégralité des photos sous Lightroom (croyez moi, ça prend du temps de transfert !) et les ai traités (baisser les blancs, redonner un peu de contraste et de vibrance). Puis j’ai exporté les 378 photos en jpg. De retour sur iMovie, j’ai déposé les images sur ma ligne de montage (Timeline) en prenant soin de réduire la durée d’une photo afin d’obtenir une succession rapide d’image (c’est le principe même d’une vidéo). Après quelques arrangements, voici le résultat :

Si je devais avoir du recul sur ce premier jet, je dirais que l’utilisation de la télécommande est plutôt intuitive et correspond bien à l’utilisation d’intervalomètre pour les Time Lapse. Du côté de la retouche, pas de grosse difficulté. Néanmoins, c’est du côté du montage vidéo que j’ai rencontré de petits soucis. Vous aurez sûrement remarqué que la vidéo est légèrement saccadée et moins fluide qu’à l’accoutumé. Cela s’explique par le fait que sur iMovie, on ne peut pas descendre en dessous de 10 images par seconde, alors qu’il faudrait au minimum 25 i/s pour avoir une vidéo fluide. Je testerai d’autres logiciels afin de trouver celui qui conviendra le mieux au « montage Time Lapse ».

J’ai fait d’autres tests de Time Lapse après cet article mais les résultats n’étaient pas probants. En effet, tous les sujets ne se prêtent pas à cette technique. Enfin, plus les Time Lapse sont longs et plus il y aura de photos. Il vous faudra donc fatalement une grosse capacité de calcul pour traiter et compiler les images. Sur ce, bon Time Lapse à tous ! 🙂

[EDITED] : Utilisation du logiciel « Time Lapse Assembler »

J’ai finalement téléchargé le logiciel Time Lapse Assembler sur le site du développeur. Je l’ai testé et c’est LA solution si vous voulez faire vos Time Lapse rapidement ! La prise en main est simplissime (pas de réglages superflux) et l’encodage du fichier vidéo est très rapide. A titre d’exemple, j’ai mis 1 minute à encoder le Time Lapse ci-dessous. Le montage sur iMovie est tout aussi simple et rapide puisque le logiciel n’a plus à importer 378 photos mais seulement une séquence vidéo !

Vous constatez que cette vidéo est plus courte que la précédente mais bien plus fluide ! On voit clairement la différence entre du 10 i/s et du 25 i/s !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

f81fe07ef87f8bfeeda41b05255cc7df88888888888888888888888