« American Sniper » est donc la dernière production de Clint Eastwood sorti en salle le 18 Février 2015. C’est l’adaptation cinématographique du livre autobiographique homonyme écrit par Chris Kyle, le personnage principal du film (et de son propre livre bien sûr ! …). Mais avant de parler de mon ressenti vis-à-vis du film, parlons un peu de ce Chris Kyle.

L'affiche du film
L’affiche du film

Si vous êtes comme moi avant l’écriture de cet article, vous n’avez sans doute jamais entendu parler de Chris Kyle. Cet homme, originaire du Texas est un sous-officier faisant partie du corps des Marines Américain, les fameux « NAVY SEAL’s ». Il a été déployé lors de la guerre en Irak juste après le 11 Septembre 2001. « Et alors ? », me direz-vous, « y’en a eu plein des soldats américains en Irak ! ». Certes ! Sauf que des soldats américains qui sont des snipers et à qui le Pentagone attribue 160 tirs létaux confirmés, y’en n’a pas des masses ! Eh oui, Chris Kyle est une légende de l’armée Américaine. Cela lui a d’ailleurs valu un surnom (qui n’étonne personne si vous parlez un minimum Anglais) : « The Legend ». Néanmoins, le bonhomme est mêlé à des actes de violence qu’il revendique après son retour définitif d’Irak à partir de 2009. Si vous cherchez sur Internet, vous trouverez facilement des articles où il a des avis très tranchés sur la violence ainsi que la nécessité de la présence américaine en Irak. Vous pourrez aussi trouver les affaires que j’ai mentionné mais que je ne vais pas lister ici. Chris Kyle s’est aussi investi dans « Craft International », une société militaire privé qu’il a fondé afin de former des tireurs d’élite militaires ou policiers et d’assurer la sécurité de personnes privées. Il meurt en Février 2013, assassiné par Eddie Ray Routh, un ancien Marines qu’il essayait d’aider suite à un trouble de stress post-traumatique (très fréquent chez les combattants ayant connu des scènes de guerre). Voilà un très bref résumé de la vie de cet homme, assurément complexe. A ce stade de l’article, vous pensez sûrement que j’ai déjà raconté tout le film. Rassurez-vous, il m’en reste sous le pied ! 😉

Chris Kyle en position de tir
Chris Kyle en position de tir

Revenons à présent au film et commençons par le choix de Bradley Cooper dans le rôle principal que je trouve particulièrement bon. On connaissait bien cet acteur dans le personnage du beau gosse de la trilogie « Very bad trip » et on aurait pu croire qu’il lui colle à la peau. Or ce n’est pas du tout le cas puisque Bradley Cooper joue juste et incarne parfaitement ce sniper obsédé par la guerre. L’enchaînement général du film est suffisamment dynamique pour une durée de 2h12. Les instants où le héros tient la vie des gens au bout de son fusil sont réellement prenants et remplis de tension. La fin est très intelligemment tournée : on voit Chris Kyle heureux avec sa famille et, alors qu’il va travailler, sa femme lui dit au revoir et ferme doucement la porte. S’ensuit alors les images d’archives de l’hommage national qu’a reçu ce Marines après sa mort. Ce genre de scène souligne le patriotisme, indéniablement présent dans le film. Cela constitue même la seule vraie réserve que j’ai relevé.

La psychologie du personnage mise en évidence
La psychologie du personnage mise en évidence

Bien que le personnage de Chris Kyle soit montré sous plusieurs de ses facettes, il n’empêche que Clint Eastwood élude la question de la violence chez cet homme et c’est un élément quasi absent après son retour d’Irak. On a simplement une scène clé au début du film qui explique pourquoi la violence est parfois justifiée pour lui, avec le discours du père qui prétend qu’il existe les moutons qui ont besoin d’être protégés, les loups qui violentent les moutons et le berger qui use de la même violence pour protéger les moutons des loups. Cette métaphore est en réalité le fil conducteur du film puisque le seul mal dont prétend souffrir le personnage est qu’il aurait aimé tuer plus de monde pour protéger les siens. Mis à part ça, la violence des propos et de certains actes de la « vraie personne » n’est pas vraiment abordée. Chris Kyle apparaît alors comme un homme qu’on finit par plaindre car lorsqu’il n’est pas sur le terrain, il n’est pas vraiment lui même. La situation est bien évidemment difficile pour n’importe quel homme qui part à la guerre mais cette version édulcorée du personnage m’a dérangé pour un film biographique.

En guise de conclusion, je dirai que ce film vaut le détour. Je dois reconnaître qu’il a eu le mérite de m’intéresser à un personnage inconnu pour moi jusqu’à présent et qui a eu un rôle important dans le conflit majeur qu’est la guerre d’Irak. Clint Eastwood réalise un très bon film malgré un léger élan de patriotisme qui aurait pu être bien plus pompeux au final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7e09e349189a2ffaeb5f3588f342f253%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%